Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Visualisation Créative

Vision-Action

«Le Monde a la Beauté

du Regard

que Je lui Porte...»

Yanick LeBlanc

25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 13:35

joyeux-noel.jpg

Joyeux Noël, à vous et vos proches...

 

Rêvez, Créez et Vivez une Merveilleuse Vie...

Yanick LeBlanc

 

www.vision-action.over-blog.com

www.visualisationcreativerelaxation.com

www.mypurecreation.biz/yanickleblanc

www.formation-rcr-secourisme.com

 

Repost 0
Published by Yanick LeBlanc (Vision-Action)
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 18:00

Sagesse.jpg

Aujourd'hui...... souris à un étranger

Aujourd'hui...... écoute le cœur de quelqu'un

Aujourd'hui...... laisse tomber un pièce de monnaie où un enfant pourra la trouver

Aujourd'hui...... apprends quelque chose de nouveau et enseigne-le ensuite à quelqu'un

Aujourd'hui...... dis à quelqu'un qu'il compte pour toi

Aujourd'hui...... donne une étreinte à une personne que tu aimes

Aujourd'hui...... ne garde pas rancune

Aujourd'hui...... regarde un enfant dans les yeux et dis-lui combien il est grand

Aujourd'hui...... regarde derrière le visage de quelqu'un, jusque dans son cœur

Aujourd'hui...... fais une promesse et tiens-là

Aujourd'hui...... montre de la gentillesse envers un animal

Aujourd'hui...... tiens toi debout face à tes convictions

Aujourd'hui...... sens la pluie, sens la brise, écoute le vent

Aujourd'hui...... utilise tous tes sens au maximum.

Aujourd'hui...... dis bonjour à quelqu'un en premier

Aujourd'hui...... fais rire ou sourire quelqu'un

Aujourd'hui...... rends service à quelqu'un

Aujourd'hui...... Soit humain !

 

Source: Inconnu

 

Rêvez, Créez et Vivez une Merveilleuse Journée...

Yanick LeBlanc

 

www.vision-action.over-blog.com

www.visualisationcreativerelaxation.com

www.mypurecreation.biz/yanickleblanc

 

Repost 0
Published by Yanick LeBlanc (Vision-Action) - dans Pensées et Réflexions
commenter cet article
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 18:00

Paulo-Coelho.jpg

L'Alchimiste

Le jeune homme alla dans sa chambre et rassembla tout ce qui lui appartenait. Cela faisait trois sacoches bien remplies. Juste au moment de partir, il remarqua que, dans un coin de la pièce, il y avait encore sa vieille besace de berger. Elle était en piteux état, et il avait bien failli oublier jusqu'à son existence. Dedans, il y avait toujours son bouquin, ainsi que le manteau.

 Lorsqu'il retira celui-ci, pensant en faire cadeau au premier garçon qu'il rencontrerait dans la rue, les deux pierres roulèrent par terre. Ourim et Toumim.

 Il se souvint alors du vieux roi et fut tout surpris de s'apercevoir qu'il n'avait plus pensé à cette rencontre depuis bien longtemps. Pendant toute une année, il avait travaillé sans répit, en se préoccupant seulement de gagner assez d'argent pour ne pas devoir retourner en Espagne la tête basse.

"Ne renonce jamais à tes Rêves, avait dit le vieux roi. Sois Attentif aux Signes."

Il ramassa par terre Ourim et Toumim, et eut à nouveau l'étrange sensation que le roi se trouvait à proximité. Il avait travaillé dur tout au long de cette année, et les signes indiquaient que le moment de partir était venu.

"Je vais me retrouver exactement tel que j'étais avant, pensa-t-il. Et les brebis ne m'ont pas enseigné à parler arabe."

Et pourtant, les brebis avaient enseigné une chose autrement importante: qu'il y avait dans le monde un langage qui était compris de tous, et que lui-même avait employé pendant tout ce temps pour faire progresser la boutique.

C'était le langage de l'Enthousiasme, des choses que l'on fait avec Amour, avec Passion, en vue d'un résultat que l'on souhaite obtenir ou en quoi l'on croit.

Tanger n'était maintenant plus pour lui une ville étrangère, et il eut le sentiment que, de même qu'il avait fait la conquête de ce lieu, de même il pourrait conquérir le monde.

"Lorsque tu veux vraiment une chose, tout l'Univers conspire à te permettre de Réaliser ton Désir", avait dit le vieux roi.

Source: L'Alchimiste de Paulo Coelho 

 

Rêvez, Créez et Vivez une Merveilleuse Vie...

Yanick LeBlanc

Vision-Action

www.vision-action.over-blog.com

www.visualisationcreativerelaxation.com

www.mypurecreation.biz/yanickleblanc

 

 

Repost 0
Published by Yanick LeBlanc (Vision-Action) - dans Motivation Succès Développement
commenter cet article
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 18:00

martin-luther-king.jpg

J'ai fait un rêve...

 

Je suis heureux de pouvoir être ici avec vous aujourd'hui, à une manifestation dont on se rappellera comme étant la plus grande manifestation pour la liberté dans l'histoire de notre pays.

 

Il y a cent ans, un grand Américain, à l'ombre de qui nous sommes aujourd'hui, a signé la Proclamation d'Emancipation. Ce décret capital est arrivé comme une grande lumière d'espoir pour les millions d'esclaves qui avaient été brûlés par les flammes de l'injustice qui consume. Il est venu comme une aurore joyeuse pour terminer la longue nuit de leur captivité.

 

Mais, un siècle plus tard, le Noir n'est toujours pas libre; un siècle plus tard, la vie du Noir est toujours tristement handicapée par les menottes de la ségrégation et les chaînes de la discrimination; un siècle plus tard, le Noir vit isolé sur une île d'indigence au milieu d'un vaste océan de prospérité; un siècle plus tard, le Noir languit toujours dans les coins de la société américaine et il se trouve en exilé dans sa propre terre.

 

Nous sommes donc venus ici aujourd'hui pour dramatiser une condition honteuse. Dans un sens, nous sommes venus à la capitale de notre pays pour toucher ce qui nous est dû. Quand les architectes de notre république ont écrit les mots magnifiques de la Constitution et de la Déclaration d'Indépendance, ils ont signé un billet à ordre, dont tous les Américains devaient hériter. Ce billet était une promesse qu'à tous les hommes, oui, les hommes noirs aussi bien que les hommes blancs, seraient garantis les droits inaliénables de vie, de liberté, et de poursuite du bonheur.

 

Il est clair aujourd'hui que l'Amérique a manqué à ses engagements en ce qui concerne ses citoyens de couleur. Au lieu de faire honneur à cette obligation sacrée, l'Amérique a donné au peuple noir un chèque sans provisions; un chèque qui nous est revenu marqué "fonds insuffisants". Nous refusons de croire que la banque de la justice soit en faillite. Nous refusons de croire qu'il y ait des fonds insuffisants dans les grandes chambres fortes d'opportunité de cette nation. Par conséquent, nous sommes venus ici pour encaisser notre chèque, le chèque qui nous donnera sur demande les richesses de la liberté et la sécurité de la justice.

 

Nous sommes venus à ce lieu sacré pour rappeler au peuple américain l'urgence extrême du présent. Ce n'est pas le moment de nous adonner au luxe de nous détendre ou de nous contenter de la drogue tranquillisante d'une solution graduelle. Il est temps maintenant de rendre réelles toutes les promesses de la démocratie; il est temps maintenant de quitter la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour nous avancer vers le sentier brillant de la justice raciale; il est temps maintenant d'aider notre nation à se dégager des sables mouvants de l'injustice raciale pour l'installer sur le roc solide de la fraternité; il est temps maintenant de faire que la justice devienne une réalité pour tous les enfants de Dieu. Ce serait une erreur fatale pour la nation de refuser de voir l'urgence du moment. Cet été étouffant du mécontentement légitime du Noir ne finira pas jusqu'à ce qu'arrive un automne vivifiant de liberté et d'égalité.

 

1963 n'est pas une fin, mais un commencement. Et ceux qui espèrent que le Noir avait besoin de passer sa colère et qu'il est maintenant satisfait, auront un rude réveil si la nation revient à sa routine. Il n'y aura ni repos ni tranquillité en Amérique jusqu'à ce que le Noir obtienne ses droits de citoyenneté. Les tourbillons de la révolte continueront à ébranler les fondements de notre nation jusqu'à ce que le jour clair de la justice se lève à l'horizon.

 

Mais il y a quelque chose que je dois dire à mon peuple, qui a le pied sur le seuil attrayant qui mène au palais de la justice. Tout en cherchant à obtenir la place qui nous est due, nous ne devons pas être coupables d'actions mauvaises. Ne cherchons pas à satisfaire notre soif de liberté en buvant dans la tasse de l'amertume et de la haine. Nous devons pour toujours conduire notre lutte sur un plan élevé de dignité et de discipline. Nous ne devons pas laisser nos revendications créatrices dégénérer en violence physique. Encore et encore, nous devons nous élever jusqu'aux hauteurs majestueuses où l'on réfute la force physique avec la force de l'âme.

 

L'esprit militant, nouveau et merveilleux, qui a pénétré la communauté Noire, ne doit pas nous amener à manquer de confiance en tous les Blancs, parce que beaucoup de nos frères blancs, comme le prouve leur présence ici aujourd'hui, se rendent maintenant compte que leur destinée est liée à notre destinée, et ils sont arrivés à la réalisation que leur liberté est inextricablement liée à notre liberté. Nous ne pouvons pas cheminer seuls. Et en cours de chemin, nous devons promettre que nous marcherons toujours de l'avant. Nous ne pouvons pas retourner en arrière.

 

Il y a ceux qui demandent aux partisans des Droits Civiques, "Quand serez-vous satisfaits?" Nous ne serons jamais satisfaits tant que le Noir sera victime des horreurs indicibles de la brutalité de la police; nous ne serons jamais satisfaits tant que nos corps, lourds de la fatigue du voyage, ne pourrons pas obtenir un logement dans les motels de la grande route et dans les hôtels des villes; nous ne serons pas satisfaits tant que la mobilité essentielle du Noir consistera à aller d'un ghetto plus petit à un autre plus grand; nous ne serons jamais satisfaits tant qu'on dépouillera nos enfants de leur amour-propre et tant qu'on les privera de leur dignité avec des pancartes qui déclarent: "Pour les Blancs Seulement." Nous ne serons pas satisfaits tant que le Noir du Mississipi ne pourra pas voter, et le Noir de New York croira qu'il n'a rien en faveur de quoi il peut voter. Non! Non, nous ne sommes pas satisfaits, et nous ne serons pas satisfaits jusqu'à ce que "la justice dévale comme un torrent et le droit comme un fleuve puissant."

 

Je n'ignore pas que certains d'entre vous sont venus ici après de grandes épreuves et tribulations. Quelques-uns parmi vous sont récemment sortis de prisons étroites. Quelques-uns parmi vous sont venus de régions où, dans votre quête pour la liberté, vous avez été meurtris par les orages de la persécution et rendus chancelants par les vents de la brutalité de la police. Vous êtes les vétérans de la souffrance inventive. Continuez à travailler dans la foi que la souffrance non méritée est rédemptrice. Retournez dans le Mississipi; retournez dans l'Alabama; retournez en Caroline du Sud; retournez en Géorgie; retournez en Louisiane; retournez aux bas quartiers et aux ghettos des villes du nord sachant que, d'une manière ou d'une autre, cette situation doit être et sera changée! Ne nous vautrons pas dans la vallée du désespoir!

 

Donc, mes amis, aujourd'hui, je vous dis que quoique nous devions faire face aux difficultés d'aujourd'hui et de demain, j'ai tout de même un rêve. C'est un rêve qui est profondément enraciné dans le rêve américain. Je rêve qu'un jour cette nation se dressera et fera honneur à la vraie signification de son credo : "Nous tenons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes sont créés égaux." Je rêve qu'un jour sur les collines rouges de Georgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d'esclaves pourront s'asseoir ensemble à la table de la fraternité. Je rêve qu'un jour, même l'état du Mississipi, un état qui étouffe dans la fournaise de l'injustice, qui étouffe dans la fournaise de l'oppression, sera transformé en une oasis de liberté et de justice. Je rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés par la couleur de leur peau, mais à la mesure de leur caractère. 

 

Je fais un rêve aujourd'hui !

 

Je rêve qu'un jour, au fin fond de l'Alabama, avec ses racistes pleins de haine - avec son gouverneur des lèvres de qui dégoulinent les mots de l'interposition et de la nullification - un jour, même là, en Alabama, les petits garçons noirs et les petites filles noires pourront aller la main dans la main avec les petits garçons blancs et les petites filles blanches, comme frères et soeurs.

 

Je fais un rêve aujourd'hui !

 

Je rêve qu'un jour, chaque vallée sera rehaussée et chaque colline et chaque montagne sera aplanie, les aspérités seront nivelées et les endroits tortueux seront rendus rectilignes, et "la gloire de Dieu sera révélée et tout ce qui est chair le verra ensemble."

 

C'est notre espérance. C'est la foi avec laquelle je retourne dans le Sud. Avec cette foi nous pourrons tailler dans la montagne du désespoir, la stèle de l'espoir. Avec cette foi, nous pourrons transformer la cacophonie des discordes de notre nation en une belle symphonie de la fraternité. Avec cette foi, nous pourrons travailler ensemble, prier ensemble, lutter ensemble, aller en prison ensemble, défendre la cause de la liberté ensemble, sachant qu'un jour nous serons libres. Et ce sera le jour, ce sera le jour où tous les enfants de Dieu pourront chanter avec une signification nouvelle: "Ma patrie c'est toi, douce terre de liberté, c'est toi que je chante. Terre où mes aïeux sont morts, terre fierté du Pèlerin; que du versant de chaque montagne retentisse le carillon de la liberté." Et si le destin de l'Amérique est d'être une grande nation, tout cela doit devenir vrai.

 

Que la liberté retentisse donc des collines prodigieuses du New Hampshire jusqu'aux imposantes montagnes du New York. Que la liberté retentisse du sommet des majestueuses Alleghenies de Pennsylvanie. Que la liberté retentisse des pics couronnés de neige des Rocheuses du Colorado. Que la liberté retentisse des versants mamelonnés de la Californie. Mais non seulement cela. Que la liberté retentisse du haut de Stone Mountain en Georgie. Que la liberté retentisse du haut de Lookout Mountain au Tennessee. Que la liberté retentisse de chaque colline, et des moindres monticules dans le Mississipi. "Que du versant de chaque montagne retentisse le carillon de la liberté !"

 

Et quand cela se produira, quand nous permettrons à la liberté de retentir, quand elle retentira dans chaque village, et dans chaque hameau, dans chaque Etat et dans chaque ville, nous serons à mesure de hâter l'arrivée du jour où tous les enfants de Dieu, noirs et blancs, juifs et non juifs, protestants et catholiques, pourrons chanter en se tenant la main ces mots du vieux Negro Spiritual : "Libres enfin, libres enfin; béni soit le Tout-Puissant, nous sommes libres enfin!"

 

Pasteur Martin Luther King, "I have a dream", Traduit par Terrie-Ann WELCH

 

Rêvez, Créez et Vivez une Merveilleuse Vie...

Yanick LeBlanc

 

www.vision-action.over-blog.com

www.visualisationcreativerelaxation.com

www.mypurecreation.biz/yanickleblanc

 

Repost 0
Published by Yanick LeBlanc (Vision-Action) - dans Leadership Succès Motivation
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 18:00

Arrêtez de vous soucier de ce que pensent les autres

Qui contrôle votre vie ?

Qui tire les ficelles ?

Est-ce vous ou les autres ?

vivreselonsesvaleurs.jpgJe suis navré de le dire mais pour la plupart d’entre nous, ce sont bel et bien les autres: je veux parler de la société, des collègues, des amis, de la famille, ou encore de la religion. Malheureusement, nous avons été influencés, ou plutôt « conditionnés » de cette manière depuis l’enfance.

Quelle personne oserait dire qu’elle n’aime pas la sensation d’être importante. Quelle personne n’aimerait pas être acceptée si elle est rejetée ? Nous avons appris à faire tout ce qui est possible pour que les autres nous apprécient.

Nous ne voulons pas être écarté par les autres à cause d’une différence. Au cours de l’enfance, nous avons subtilement appris cette manière d’être, et jusqu’à l’âge adulte, nous continuons. La vérité, c’est que chaque personne influe sur une autre, comme un mouton qui n’aurait pas besoin de chien de garde!

Oscar Wilde disait d’ailleurs que : « La plupart des gens sont d’autres personnes. Leurs pensées sont les opinions des autres, leurs vies sont des imitations, leurs passions une citation. »

Cela marche d’ailleurs dans les deux sens. Tout d’abord, nous craignons d’être désapprouvés, rejetés. Suis-je assez bien ? Suis-je habillé correctement ? Les autres vont-ils rire de mon accent ? Ferais-je une erreur, une bêtise ?

Lorsqu’on a le pressentiment que les autres portent un jugement négatif sur nous, on se sent mal, et on essaie à tout prix d’éviter que cela se reproduise.

Ensuite, on aime tous se sentir important, et on a besoin de récolter une attention positive venant des autres. Souvenez-vous du « besoin de se sentir aimé » ou du « besoin de se sentir important ». Des besoins fondamentaux pour l’être humain.

Recevoir des éloges ou des admirations réchauffe toujours le cœur, et fait du bien à notre ego. On recherche constamment cette sensation. Et comme l’effet d’une drogue, nous sommes accros à elle.

Quelquefois, on essaie tellement de plaire aux autres, on recherche désespérément l’approbation des autres que cela en pâtit sur notre vie. On a peur des critiques, on ne vit pas pleinement. Bref, on cache notre vrai soi.

Prenez l’exemple d’une personne alcoolique qui croit avoir besoin de boire pour régler ses problèmes. De la même manière, on diminue notre propre existence en cherchant à toujours plaire aux autres pour régler nos problèmes d’approbation.

Cette « drogue » est tellement forte que certaines personnes n’y renoncent jamais. La sensation est trop intense pour arrêter de rechercher l’acceptation des autres. Mais comme toutes les drogues, devinez quoi ? Il y a toujours un prix à payer.

Et quel est ce prix à payer ? C’est notre liberté bien sûr. La liberté d’être soi-même.

La vérité c’est que vous ne pouvez pas à la fois être libre et avoir cette drogue. Si vous désirez tirer les ficelles de votre vie, vous devez arrêter de « céder » votre pouvoir. Vous devez consciemment arrêter de vous soucier de ce que pensent les autres.

Et en y repensant, ce n’est qu’une illusion. Vous ne pouvez pas contrôler ce que pensent les autres. Ces personnes ont leur propre agenda, leurs propres soucis. Après tout, elles sont plus intéressées par leur personne qu’autre chose.

Si l’on continue à vivre selon les opinions des autres, on construit notre vie sur du sable mouvant. La personne qui essaie de plaire tout le monde s’épuise et ne plaira peut-être à personne au final.

Alors voici la grande question : comment reprendre contrôle ?

Si l’on est vraiment prêt à abandonner la drogue de l’approbation et de l’importance (ce qui est difficile pour la plupart des gens), alors il n’y a qu’une seule solution: prendre la décision « consciente » de ne plus se soucier de ce que pensent les autres.

Plus facile à dire qu’à faire, mais le jeu en vaut la chandelle. Attention, cela ne veut surtout pas dire que vous devez devenir asociale ou manipulateur. Le monde serait chaotique si un jour on décidait tous de ne plus nous écouter les uns les autres. Nous savons tous ce qui est juste et ce qui ne l’est pas. Le but est de guider votre vie selon un ensemble de valeurs. Des valeurs qui ne surtout pas imposées par les autres, mais qui viennent de votre for intérieur.

Si l’on prend le temps de se définir ces valeurs, et que l’on guide notre vie selon elles, alors chacun vivra une vie plus authentique, plus efficace, plus passionnée.

Mais une question demeure : voulez-vous vraiment être libre ?

Source: www.boosteurdevie.com

 

Rêvez, Créez et Vivez une Merveilleuse Vie...

Yanick LeBlanc

 

www.vision-action.over-blog.com

www.visualisationcreativerelaxation.com

www.mypurecreation.biz/yanickleblanc

Repost 0
Published by Yanick LeBlanc (Vision-Action) - dans Développement
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 18:00

applause3.jpg

Les compliments nous rendent plus performants

Recevoir des compliments nous rendrait plus efficaces, selon une étude japonaise publiée le 7 novembre dans le sérieux journal scientifique PLS One.

« Pour le cerveau, recevoir un compliment équivaut à une récompense sociale ou financière. Nous apportons la preuve scientifique qu’une personne est plus performante lorsqu’elle a reçu un compliment suite à la réalisation d’un exercice », assure le professeur Norihiro Sadato, membre de l’équipe.

Pour parvenir à ce constat, le professeur Norihiro Sadato et ses homologues ont fait appel à 48 personnes pendant deux jours. Le premier jour, un exercice pratique leur a été enseigné (ils ont dû enfoncer les touches d’un clavier dans un ordre particulier en maximum 30 secondes). Les chercheurs ont ensuite divisé le groupe en trois. Les personnes du premier groupe ont vu un film dans lequel des évaluateurs les complimentaient ; ceux du second ont visionné la même vidéo mais en pensant que les félicitations ne s’adressaient pas à eux. Et ceux du dernier groupe n’ont pas vu de vidéo du tout : ils se sont autoévalués via un graphique. Vingt-quatre heures plus tard, les participants sont revenus pour effectuer le même exercice. C’est là que les chercheurs ont pu constater une meilleure amélioration chez les participants complimentés, alors qu’aucune différence de fatigue ou de concentration n’avait été signalée entre eux et les autres.

Tous les participants ont néanmoins été plus habiles que la veille. Cette étude confirme donc les travaux préalables sur l’apport du sommeil pour l’acquisition de nouvelles compétences. Elle consolide aussi une autre étude réalisée par le même professeur Norihiti Sadato, en 2010. Ce dernier avait démontré que recevoir des compliments activait une zone bien définie du cerveau humain : le striatum. L’impact des compliments sur le cerveau est donc, selon lui, physiologique.

Source: Elodie Buzaud: www.cadremploi.fr

 

Rêvez, Créez et Vivez une Merveilleuse Vie...

Yanick LeBlanc

 

www.vision-action.over-blog.com

www.visualisationcreativerelaxation.com

www.mypurecreation.biz/yanickleblanc

Repost 0
Published by Yanick LeBlanc (Vision-Action) - dans Leadership Succès Développement
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 18:00

sagesse-zen.jpg

Le maître se promène dans le potager en compagnie de trois disciples après une longue séance de méditation, quand tout à coup, le plus jeune se dirige vers les salades, et écrase sous sa semelle une limace. 

 Le deuxième disciple, sourcils froncés lui dit : "Tu as eu tord d'écraser cette limace, car quand bien même il s'agit d'un animal trés primaire, c'est néanmoins une forme de vie, et la vie est sacrée et doit donc être respectée. " Et se tournant vers le maître : " N'est-ce pas maître ? " et le maître lui répond : " Oui, tu as raison. " 

 Le premier disciple, réagissant avec verdeur, lui rétorque : " Sans doute cette limace est respectable, mais elle mange nos salades, et ces salades sont notre seule source d'alimentation en cette saison. J'ai donc bien agit en défendant une vie plus évoluée que celle de cette limace : la notre. " Et se tournant vers le maître : " N'est-ce pas maître ? " et le maître lui répond : " Oui, tu as raison. " 

Intervient alors le troisième disciple, plus mûr et plus avancé dans l'étude des processus mentaux : "Mais maître, le deuxième disciple vous a dit une chose, et vous lui avez répondu qu'il avait raison. Puis le premier disciple vous a dit le contraire, et vous lui avez aussi dit qu'il avait raison. Or on ne peut pas donner raison à une chose et en même temps à son contraire !? " et le maître lui répondit : " Oui, tu as raison. 

Source: inconnu

 

Rêvez, Créez et Vivez une Merveilleuse Vie...

Yanick LeBlanc

 

www.vision-action.over-blog.com

www.visualisationcreativerelaxation.com

www.mypurecreation.biz/yanickleblanc

 

Repost 0
Published by Yanick LeBlanc (Vision-Action) - dans Développement
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 18:00

547649_417986634906590_942006043_n.jpg

Je prie pour qu'il y ait la paix dans nos coeurs,

ici, là, présentement,

et qu'ensuite,

elle se propage comme de petits pains chaud,

partout dans cet univers...

JNA

Source: Universellia

 

Rêvez, Créez et Vivez une Merveilleuse Vie...

Yanick LeBlanc

 

www.vision-action.over-blog.com

www.visualisationcreativerelaxation.com

www.mypurecreation.biz/yanickleblanc


Repost 0
Published by Yanick LeBlanc (Vision-Action) - dans Pensées et Réflexions
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 18:00

critique---offense.jpg

Etes-vous facilement offensé par les autres ?

Voici 11 moyens pour faire face aux critiques

Au bout d’une longue journée, lorsque je me sens vraiment fatigué, curieusement ce n’est pas tellement à cause de la quantité de travail que j’ai abattu, ni par le stress en général.

Ce n’est pas parce que j’ai passé ma journée à jongler avec plusieurs projets à la fois. Ni parce que j’ai un peu trop forcé au jogging après 6 longs mois de « pause ».

Souvent, lorsque je me sens vidé, c’est parce que j’ai essayé par tous les moyens de gagner l’approbation des autres. Il fut un temps où je m’emportais facilement. Je mettais trop d’importance sur ce que les autres pensaient de moi. Quelquefois, j’avais tout simplement mal interprété leurs commentaires et leurs critiques. 

 critique.png

Je me souviens d’une joute verbale que j’ai eue avec un collègue. Il ne pouvait terminer une phrase sans que je n’en place une autre pour me défendre. J’avais peur de me faire juger, je prenais chaque phrase comme une condamnation.

J’ai remarqué que les critiques, même légitimes, n’arrivent pas forcément de la meilleure des manières. Même si une personne vous veut du bien, sa façon de l’exprimer peut totalement être à l’opposé : les critiques ne viennent généralement pas gentiment, même si la personne veut vous aider…

 

Est-ce que votre hypersensibilité vous empêche d’être totalement libre ?

La vérité c’est que vous ne pouvez pas contrôler ce que les autres vont dire. Qu’ils décident d’approuver ce que vous dites, ou qu’ils se liguent contre vous, c’est totalement en dehors de votre contrôle. Ce qu’on peut contrôler par contre, c’est la manière dont on les reçoit. Comment intériorisez-vous les commentaires des autres ? Arrivez-vous à lâcher prise et passer à autre chose ?

Aujourd’hui, je peux dire que j’arrive à maîtriser mes émotions, à gérer les feedbacks des autres, même si ce n’est pas toujours facile.

Je sais par contre qu’il est facile pour moi de vous dire d’arrêter de tout prendre personnellement. De ne plus intérioriser les critiques comme les offenses. Mais pratiquement, ce n’est pas toujours évident. C’est un travail de tous les jours.

 

Liberer.jpg

Heureusement pour nous, il existe des moyens pour bien les gérer.

 

Souvenez-vous que :

 

Vous récoltez beaucoup plus de sagesse en recherchant les perles de vérités que renferment les critiques ! Je l’avoue, ce n’est vraiment pas facile d’avoir une vue honnête et sincère de sa propre personne. Et surtout de ses faiblesses ! Mais vous ne pouvez que croître en tant que personne si vous faites l’effort de rechercher ces perles.

Les critiques ouvrent des portes vers d’autres visions et d’autres perspectives. Pensez-y, vous pouvez tomber sur une bonne idée en restant ouvert d’esprit. A chaque fois qu’une personne vous met au défi, vous avez une opportunité d’étendre votre façon de penser.

Ne vous attendez pas à la perfection. C’est curieux et drôle à la fois, mais on veut toujours que les autres parlent et agissent de la manière dont on voudrait. On présume qu’ils vont agir gentiment et parler avec compassion. Mais à partir du moment où ils ne répondent pas à nos attentes, alors on se sent offensé.

En réalité, ce ne sont que des êtres humains, tout comme vous. Avec leurs défauts à eux. Ne bloquez pas au niveau des imperfections des autres. Lâchez prise et Respirez !

Mettez-vous à la place de la personne qui vous offense. Non seulement vous avez plus de chances de ne pas faire la même chose, mais vous avez aussi l’occasion de vous glisser dans leur peau, et voir les choses selon la perspective de l’autre. C’est lorsque vous devenez assez noble pour offenser les autres.

Chaque critique renferme toujours un enseignement. Presque chaque critique vous donne une opportunité de changer ou d’améliorer un aspect de votre vie.

Quelquefois, une critique nous frappe à un point très sensible. Peut-être êtes-vous très sensible lorsqu’on vous parle de votre éducation ou d’un de vos traits de caractère. N’est-ce pas le moment propice pour résoudre ce problème ?

Supposez que la personne a de nobles intentions. A moins que vous ne puissiez le prouver, présumez que la personne n’a aucune intention négative envers vous. Quelquefois, les personnes qui nous sont proches ne savent pas nous communiquer leurs angoisses et leurs peurs. Mais au fond, leurs critiques proviennent d’une noble intention.

Ne restez pas centré sur vous-même. N’oubliez pas que l’égocentrisme mène toujours à une confrontation. Cette mentalité de « je suis le nombril du monde », est un bon terrain pour faire naître les critiques. Si vous êtes au centre de toutes les choses, de toutes les attentions, ne vous étonnez pas d’être constamment critiqué !

Vous avez l’opportunité de pratiquer le pardon. Lorsque les commentaires négatifs fusent de tous les côtés, on retourne dans notre zone de confort : le stress et la frustration. OK, c’est un exercice difficile, mais je peux témoigner que le pardon est libérateur.

Ne cherchez pas à avoir raison à tous les coups. Ne pensez-vous pas que la vérité a plus d’importance que le fait d’avoir raison ? Lorsque vous discutez, peu importe la personne qui « possède » la vérité, elle doit toujours être plus importante que la perception qu’on la possède. On a tendance à être attaché à notre position : à « qui a raison ». Après tout, vous voulez simplement savoir la vérité non ? Même si vous ne l’avez pas trouvée en premier !

 

se-liberer.jpg

Avez-vous déjà pratiqué le détachement ?

« On devrait être assez grands pour ne pas être atteints par des paroles blessantes, et assez nobles pour ne pas en donner ».

Beaucoup de gens se sentent offensés parce qu’ils n’arrivent pas à faire la différence entre leurs pensées et leur profond sentiment de soi. Vous n’êtes pas votre opinion, ni même l’ensemble de vos opinions. Détachez vos idées de votre identité. En faisant cet effort, vous avez l’opportunité de vivre une vie plus épanouie.

Acceptez-vous. Vous l’aurez compris, c’est un thème central sur Boosteur de Vie. Mais au final, ça revient toujours au fait de s’accepter. Apprenez constamment et améliorez-vous, mais acceptez-vous et aimez-vous comme vous êtes. Ce n’est vraiment pas contradictoire. Si vous vous acceptez profondément, vous pouvez désarmer la capacité des autres à vous critiquer.

Pourquoi ?

Parce que vous ne vous validez pas par rapport à leurs opinions ! Si vous vous renforcez à l’intérieur, rien ne peut vous déstabiliser, peu importe ce qui vient de l’extérieur.

A vous la parole. Que pensez-vous de cet article ? Avez-vous d’autres conseils à donner ?

Partagez vos pensées.

 

Source: www.boosterdevie.com

 

Rêvez, Créez et Vivez une Merveilleuse Vie...

Yanick LeBlanc

 

www.vision-action.over-blog.com

www.visualisationcreativerelaxation.com

www.mypurecreation.biz/yanickleblanc

 

 

Repost 0
Published by Yanick LeBlanc (Vision-Action) - dans Développement
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 18:00

Dalai-Lama-Nantes1.jpg

19 leçons de sagesse par Sa Sainteté le Dalaï Lama

Ces instructions ont été développées par le Dalaï Lama au cours de sa vie de prière et de contemplation. Le Dalaï Lama a dédié son existence à la promotion des valeurs humaines de compassion, d’indulgence, de tolérance et d’autodiscipline.

1. Gardez à l’esprit que le grand amour et les grands ouvrages mettent en jeux de grands risques.

2. Quand vous perdez, ne perdez pas la leçon.

3. Suivez les trois Rs :

  • Respectez-vous
  • Respectez les autres
  • Responsabilité pour toutes vos actions

4. Rappelez-vous que ne pas obtenir ce que vous voulez est parfois un formidable coup de chance.

5. Apprenez les règles de façon à savoir comment les contourner convenablement.

6. Ne laissez pas une petite dispute gâcher une grande amitié.

7. Quand vous faites une erreur, prenez immédiatement des mesures pour la corriger.

8. Consacrez du temps seul chaque jour.

9. Soyez ouvert au changement, mais ne perdez pas de vue vos valeurs.

10. Rappelez-vous que le silence est parfois la meilleure réponse.

11. Ayez une vie bonne et honorable. Ainsi lorsque vous serez âgé et que vous regarderez en arrière, vous serez capable de la savourer une seconde fois.

12. Une atmosphère d’amour chez vous est le fondement de votre vie.

13. Lors d’un désagrément avec ceux que vous aimez, occupez-vous uniquement de la situation présente. Ne ressassez pas le passé.

14. Partagez votre savoir. C’est une façon d’obtenir l’immortalité.

15. Soyez doux avec la terre.

16. Une fois par an, allez dans un lieu où vous n’êtes jamais allé auparavant.

17. Rappelez-vous que la meilleure des relations est une relation où l’amour réciproque va au-delà du besoin réciproque.

18. Jugez votre succès selon ce que vous avez dû sacrifier pour l’obtenir.

19. Abordez l’amour et la cuisine avec le même abandon insouciant.

Sources : TeachingMoments / Site officiel du Dalaï Lama

 

Rêvez, Créez et Vivez une Merveilleuse Vie...

Yanick LeBlanc

 

www.vision-action.over-blog.com

www.visualisationcreativerelaxation.com

www.mypurecreation.biz/yanickleblanc

 

Repost 0
Published by Yanick LeBlanc (Vision-Action) - dans Développement
commenter cet article